Maelthra Magthere

L'école des Dragonniers.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une larme, une seule...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nymphalis Sann'Rea
Fondatrice. Elément: Terre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1150
Race : Nymphe
Elément : Terre
Vot\'avis sur le membre? : Moi je l'apprécie [Zak]
Nymphie zoliiiie !! >o< [Saiyou]

Ohh ma nymmphiiie chewiii |Caprice]
Date d'inscription : 29/07/2007

|°_Dragon_°|
Nom: Elwing
Statistique:
400/400  (400/400)
Evolution: Dragon et Dragonnier expert

MessageSujet: Une larme, une seule...   Mer 4 Juin - 12:13

Lundi 13 mars, 22 heure 37



Nymphalis se trouvait dans le grand hall, elle ne savait pas trop pourquoi elle ne tenait pas en place ce soir dans sa chambre. Elle était donc descendu, elle avait d’abord pensé aller faire un peu de paperasse au bureau, mais en regardant par les grandes fenêtres, elle fut soudain prit d’un besoin incroyable de prendre l’air. C’est un trottinant, qu’elle passa devant la fontaine éteinte à cette heure-ci pour gagner l’allée centrale du jardin. Elle se tourna vers le château, les dernières lumières des dortoirs s’éteignait, les élèves avaient l’obligation de se coucher le plus tôt possible pour être toujours près à une bataille… Ce château était magnifique avec ses deux grandes tours qui s’enfonçaient dans les nuages gris… Il faisait plutôt frais, ce n’est pas pour autant que Nymphalis changea quelque chose à sa tenue estivale, un petit vent se levait. L’air était humide, il allait bientôt pleuvoir… Cela faisait longtemps que les dragonniers de l’école n’avait pas vu de très beau temps, il y a peu de temps encore il neigeait, maintenant il pleuviotait…Ce château était celui de la famille d’Itarillë, un jour la jeune fille avait parlé de son passé à Nymphalis et sens doute l’avait elle fait également avec Zaknafein… Ils s’étaient toujours très bien entendus… Pour la première fois Nymphalis avait peu… Pas la petite angoisse avant de parler en publique, non, c’était vraiment de la peur… Pas pour elle mais pour les autres fondateurs et les élèves… Perde tout ce qu’ils avaient construit serait difficile à encaisser… Elle était fatiguée aussi, cela faisait plus d’une semaine qu’elle ne dormait pas bien du tout, elle faisait des cauchemars chaque nuit qui la tiraient du sommeil, elle y voyait le fantôme d’Ita, la mort des dragons, et des flashes de guerre…
Un craquement dans les rosiers, et Malvae en surgit pour s’agripper à la robe de sa maitresse et grimper sur son épaule… Nymphalis ne sourit pas, elle fit uniquement demi-tour, arrachant ses yeux du château et s’enfonça dans les jardins ne pensent à rien, même pas vraiment à la guerre, elle avait juste envie de pleurer et de disparaître dans la nuit…
Elle décida d’aller dans la volière pour voir comment les dragons se portaient, dormaient-ils à cette heure-ci ? Voilà une question qu’elle ne s’était jamais posée…
Elle passa dans un boquée au loin de marcher sur le chemin, et lorsqu’elle en sortit elle aperçut la volière, c’était une géante demi-sphère en tissus blanc, une lumière à l’intérieur formaient les ombres des dragons. Mais cela n’était pas effrayant au contraire…
Elle poussa la porte de tissus, elle n’était pas fermée, les Failariels travaillaient encore… Etrange pour cette heure ci, elle pénétra dans la volière et Malvae sauta sur une branche d’un petit arbre.
Tout d’abord elle ne put plus bouger, ce qu’elle voyait, elle ne l’avait encore jamais vu encore ! Les dragons étaient devenus fou, une dizaine de Failariels essayait de métriser et de limiter leurs dégâts. Lorsqu’elle fit le rapport, le lien, pas si difficile à faire mais tellement malheureux, elle courut vers Elwing qui se posa près d’elle. Ses yeux étaient injectés de sang et grands ouverts. Nymphalis posa sa main sur son museau, et une larme coula sur sa joue, une seule, c’était toutes les forces qui lui restaient. Elle avait déjà trop pleuré.
Un Failariels du nom de Rayan’dil courut vers elle et lui expliqua que depuis dix minutes, les dragons s’étaient mis dans cet Etat d’alerte, et qu’il n’avait jamais vu cela et n’en jamais entendu parler non plus. Les trois autres grands dragons vinrent se poser près de Nymphalis, formant un cercle autour d’elle, Kiah’l, Niar et Alytryn. Elle n’était pas capable de communiquer avec des mots avec eux et par la pensé elle avait parfois l’impression qu’ils envoyaient des messages. Ils l’a regardaient comme en attendant une consigne, il se calmaient mais leurs cœur battaient plus vite que jamais. Rayan’dil demanda à la directrice Elwing si il devait prévenir les autres.

« Ca ne vaut pas la peine non, laissez, merci… Et n’essayez pas de les calmer, cela ne servirait à rien, renforcez uniquement la protection de la volière pour éviter les intrusions mais aussi pour éviter qu’ils s’échappent. Si un élève veut pénétrer dans la volière vous pouvez l’autorisé, il ne craindra rien. »

Niar frappa le sol avec la queu avec une force telle que le sol trembla…
Nymphalis savait ce quyi se passait mais elle savait aussi qu’ils avaient encore quelques heures de répit, il fallait laisser tout le monde dormir pour qu’il soit en forme, demain soir au plus tard, ce qu’ils redoutaient tous allait commencer… Elle regarda Niar dans les yeux…

« Je sais, oui, je sais… l’Alliance arrive… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haldamir Melwasúl

avatar

Masculin Nombre de messages : 53
Age : 26
Race : Mi-enfant de la Lune, mi-aasimar
Elément : eau-feu
Vot\'avis sur le membre? : j'aime bien ton dragon et ton Avatar(Yûki Cross)

Date d'inscription : 24/02/2008

|°_Dragon_°|
Nom: Falcor
Statistique:
5/500  (5/500)
Evolution: Dragon Oeuf

MessageSujet: Re: Une larme, une seule...   Dim 8 Juin - 22:01

Haldamir n'arrivait pas à trouver le sommeil, ses pensées allaient droit vers la forêt, il s'inquiètaiy beaucoup pour Wolfgang, son loup-familier, il ne pouvait plus penser comme avant, comme ci il était en manque de drogue, cette drogue était la chaleur de son compagnon.

Haldamir trouva enfin le sommeil vers 21h00, mais son sommeil était troublant, il faisait un horrible cauchemar.

Dans le rêve de Haldamir.
Il fait nuit, la lune est le seul éclairage dans ce noir.
Une femme cours, tenant quelque chose au plus proche d'elle, elle est dans un parc, d'un chateau sûrement.
L'architecture ne ressemble en rien à celle de l'école, les bâtiments sont de forme sphérique.
Un homme vêtue d'une cape noire la poursuit, on ne peut voir son visage caché par une capuche.
La femme tourne la tête pour où est son poursuivant, elle resserre son étreinte.
L'homme pressa le pas, sans même courir, il la rattrape.
Lafemme est épuisé, son pas ralentit, elle trébuche est tombe à terre.
L'homme la rattrape, il se tien debout face à elle.
La femme fond en larme, est-ce le poid de la honte, ou alors la douleur ?

Vous m'avez pris mon mari, laissez moi tranquille, l'amour n'est pas un crime.

L'homme ne répondit rien, il ne fesait que regarder la femme, il finit par répondre.

Pour avoir ouvert le portail interdit, avoir eue une relation avec un Aasimariens et avoir donné naissance à un enfant issue d'un amour malsaint. La sentence est la mort.

La femme serra son enfant contre elle, elle ne pouvait pas le laisser payer un crime qu'il n'avait pas commis, elle enlevit son médaillon et le mit au cou de son bébé.
Elle tendit son enfant vers le ciel, elle réunissait ses dernières force et prononcea.

Vous qui me voyez, portez secour à un fruit d'un amour ultime, son existance n'est pas un crime, ayez pitié de cet enfant.

L'homme s'empressa de tuer la femme, mais à peine fit il un pas, qu'une lumière jaillit du ciel.
Cette lumière était douce, elle était chaleureuse.

L'enfant disparu, ne laissant que la femme et l'homme, celui-ci sortit une dague...

Haldamir se reveilla en sursaut, se rêve...étais-ce le fruit de son imagination ? ou la réalité, la vérité sur ses parents, le mystère du médaillon peut être.
Tant de question embrouyait Haldamir, il voulut sortir, il enfila un T-shirt et un saroual et sortit.

Il déambula dans le chateau, soudain il sentit une colère le brûler, il ne savait pas d'où elle venait, mais une telle rage ne pouvait venir que de la volière, Haldamir alla endirction de la volière.

Plus il s'approchait, plus cette rage le brûlait, que pouvait il arriver aux dragon, il ouvrit la porte et vit Nymphalis, ilpassa et demand.

Que ce passe t'il dame Nymphalis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maelthra-magthere.hooxs.com/alystryn-f58/haldamir-melwasu
Dhornas Nethralis
« Toujours plus proche de la puissance »
avatar

Masculin Nombre de messages : 104
Race : Miboshin
Elément : télékinésie
Vot\'avis sur le membre? : mon amoureuh!!!!!!!!!!!!!!![Roxy]
Date d'inscription : 16/11/2007

|°_Dragon_°|
Nom: Harlyndra
Statistique:
60/400  (60/400)
Evolution: Dragonneau

MessageSujet: Re: Une larme, une seule...   Ven 13 Juin - 11:23

Le vent soufflait à l’extérieur, les pluies incessantes des derniers jours rendaient l’air humides. La paix régnait sur le château, enfin jusqu’à ce jour en tout cas, aucun assaut de l’alliance n’était venu ruiné l’ambiance qui régnait au château. Les récents évènements qui c’était produit dans la vie du prince le comblaient de joie, d’abord la promotion au rang de préfet et ensuite la naissance de son dragon. Cela faisait deux semaines qu’Harlyndra avait vu le jour envoyant son dragonnier plus que ravi. Elle était très mignonne et avait une très longue queue proportionnellement a son corps, et se portait bien et adorait provoquer son dragonnier en n’en faisant qu’a sa tête. Mais Dhornas n’avait la force de se mettre en colère face à ce qu’il avait de plus précieux au monde avec Roxanne.
Dhornas prenait son rôle de préfet au sérieux car il en allait de la crédibilité des Elwing et il serait le dernier qui l’entacherait.

Ainsi après une longue journée de travaille et d’étude le prince eu une dernière pensée pour sa chère et tendre puis s’endormi sur son lit. Harlyndra vint s’enrouler sur sa poitrine, cette dragonne adorait être sur son dragonnier, peut-être une preuve d’amour qui sait, Harlyndra s’endormi avec son dragonnier lesquels s’inquiétait pour elle car elle semblait démontrer depuis le début de la journée des signes de nervosités. Soudain alors que Dhornas dormait profondément Harlyndra s’éveilla et se mis à couiner et à courir dans tout les sens, Dhornas se réveilla et regarda tendrement son petit bébé.

« Qu’est-ce qu’il y a équipière, qu’est-ce qui ne va pas? »

Harlyndra revint se blottir contre Dhornas en boule et commença à trembler comme si elle craignait quelque chose. Dhornas lui ne comprenait pas très bien l’agissement de sa dragonne, mais pour la calmer il se mit à la caresser tout doucement sous la faible lumière créée par la lune qui s’infiltrait dans le dortoir.
Après quelques minutes de caresses Harlyndra leva la tête et regarda Dhornas puis tourna ses yeux en directions de l’extérieur. Dhornas compris que sa petite protéger essayait de lui faire comprendre une chose. Il alla près de la fenêtre et l’ouvrit, c’est alors que parvint à ses oreilles des grognements qui semblaient venir droit de la direction de la volière.

* Zut que font les dragons? Ont-ils des problèmes? J’y vais ou je préviens d’abords un adulte*

Mais l’instinct du Miboshin lui ordonnait d’y aller, après tout il était préfet maintenant c’était un devoir de veiller sur l’école, de plus de quoi aurait-il l’air si jamais il ne se passait rien d’alarmant? Il se vêtit d’une longue tunique bleue à manche longue brodée de magnifiques motifs de feuilles vertes. Il prit son sabre et tendit la main à Harlyndra elle grimpa sur lui vint se mettre sur son épaule.

« Harlyndra prévient moi si tu sens quoi que se soit de louche! Je compte sur toi. »

Les deux aventuriers s’en allèrent en direction de la volière en s’approchant de son portails ils virent les fées et les dragons et aussi la directrice d’Elwing en train de parler à Haldamir. En s’approchant d’eux pour savoir se qui se passait, Dhornas constata que la directrice semblait ne pas être dans son assiette. Il les salua et les questionna:

« Bonsoir à vous, quelque chose ne va pas hein madame? On peu vous aider si vous voulez. (Jette un regard à son ami Haldamir) »

Harlyndra voyait les grand dragons et criait pour attirer leur attention il était évident que tout ces dragons y compris Harlyndra étaient nerveux pour la même raison. C’est à cet instant que Dhornas fut éclairer, il était évident que si les dragons étaient tendus c’était parce qu’ils se préparait un bouleversement, autrement dit l’alliance n’allait pas tarder.
Dhornas caressa la tête de sa dragonne et senti un petite anxiété s’emparer de lui.
« C’est ça… » Prononça-t-il à peine audible ment la deuxième main sur le pommeau de son sabre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maelthra-magthere.hooxs.com/elwing-f59/nethralis-dhornas-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une larme, une seule...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une larme, une seule...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Larme pourpre - Assassin
» En a marre de rester seule tous les soirs
» " N'UTILISER L'EAU QU'UNE SEULE FOIS... QUEL GASPILLAGE ! "
» La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.
» " La Seule Compagnie Dans tes Nuits de Pleurs sont les Etoiles, Elle brillent en toi et pour toi."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maelthra Magthere :: CORBEILLE & ARCHIVAGE :: Archivage. :: Archives :: Semaine 4-
Sauter vers: